*Quelques jours de repos…

… juste le temps que True Blood me monte à la tête ! Les 2 saisons en 48 heures, juste le plaisir de passer un moment privilégié avec Sookie Stackhouse, Bill Compton et le reste de la ville !

Cette série, en plus d’être très bien ficelée, gorgée de références, bourée de coups de théatre- et de coups au coeur !- présentant des personnages attachants, jouit d’un splendide esthétisme qui me parle tout particulièrement. Tout son potentiel est mis en lumière dans le long (!) générique (le seul, pourtant, que je refuse de zapper au bout de quatre épisodes ^^’) : vieux grain, malaise, mélanges de matières et de nuances, de couleurs flamboyantes et froides, vie et mort… Flash d’images, très intéressants lorsqu’on s’amuse à faire des captures plan par plan. La série traitant souvent de la possession et de la manipulation de l’esprit, le générique pourait laisser penser que le réalisateur cherche à nous envouter par des messages subliminaux. Passionnant !














Dans le fond, 48 heures complètes avec True blood, c’est surtout la température de Paris qui a enfin réussi à monter d’un cran ou deux (ou peut être six-sept en fait ^^’) et cette chanson qui passe en boucle dans ma tête sans que je ne puisse rien y faire. Peut-être ai-je besoin de faire un tour chez Miss Jeannette, moi aussi ! ;)
Vivement la reprise..