*Festival Dream.

Bench déclare la saison des festivals officiellement ouverte ! ;)
Cet été, leur collection capsule mixe imprimés animaux, Tee-shirts aux graphismes psychédéliques et matières confortables pour profiter des festivals en toute décontraction !
Et moi, ça me donne furieusement envie !
J’ai rêvé devant l’incontournable Coachella, le summum de l’inaccessible ! A defaut, je me laisserais bien tenter par les grands festivals de l’été : les Nuits Sonores à Lyon, Melt! en Allemagne, Sonar à Barcelone…


*Raid the Radio !

Ces dernières semaines, j’ai l’impression d’être sur un petit nuage. Je touche enfin à ce que je veux réellement faire de ma peau. L’ambiance au sein du magazine est excellente, l’équique ayant entre 27 et 35 ans, je me sens totalement intégrée. Je me rends compte que je commence en quelques sortes par la crème de la crème. J’entends des bruits de couloir, comme quoi c’est loin d’être aussi détendu et sympa dans d’autres rédactions… 
Chez Envy, on aide son prochain, et surtout (!) on partage son granola avec sa voisine ! On organise des dîners jusqu’à 4h du mat’ alors qu’on bosse le lendemain, et on danse en pleine salle de shopping sur radio Nova !
J’ai la sensation d’apprendre tous les jours, de manière accélérée. Le rythme étant tellement soutenue dans un hebdo, que chaque semaine, on a l’impression qu’un mois s’est écoulé. Je suis formée à tout, je suis traitée comme une vrai styliste et on quémande mon avis à longueur de journée. Totalement grisant et formateur. Je profite que la rédactrice en chef adjointe me raccompagne le soir pour la bombarder de questions, je me nourris de leurs expériences et conseils. Je prends tout.
Alors oui, j’y laisse un peu de ma santé, je fais des journées de 15h, je dors très mal à cause du stress constant, mais je n’arrêterais pour rien au monde.
Je me rends au moins compte que je ne me suis pas trompée. Je réalise réellement la passion qui m’anime depuis 15 ans maintenant. A 9 ans, je voulais travailler dans la presse. A 29 ans, je serai rédactrice au sein d’un magazine. Et je peux le dire sans ciller : rien ne m’arrêtera. Et toc !

Fashion Week : le mot qui est dans toutes les bouches en ce moment. Londres, New York, Milan, Copenhague.. Et bien sûr Paris. Chaque saison, j’arrive à me débrouiller pour faire au moins un défilé. Je suis passée maitre dans l’art d’amadouer les vigiles, sans compter les petits filons. Mais cette année, je vais peut être enfin toucher tout ceci de très près, avoir la chance d’assister à cette grande fête de manière officielle. On me raconte les invits’ personnelles, les berlings à 6 places, et je plane. Plus qu’une semaine.
En attendant, je me nourris des F.S. de NY et Londres.
Mon imaginaire a fait des petits bonds devant Unique (peut être parce que ça me renvoie à l’univers McQueenien) :


J’ai bien entendu bavé devant ACNE qui arrive encore à me filer des frissons : 

Et S-J. Comme je te comprends pour Alexander Wang. J’ai appris par son attaché de presse mercredi dernier, que toute sa nouvelle collec’ était déjà entièrement vendue à Paris. Amazing ! ^^

Et puis, quand tu as la cool attitude, le ENVY moooove, tu écoutes ça ! ;)

*C’étaient de biens jolies fêtes.

J’ai bien mangé. J’ai bien bu. J’ai la peau du ventre bien tendu. J’ai beaucoup ri. J’ai été gâtée, j’ai été choyée. J’ai beaucoup discuté. J’ai pleuré aussi. Ce fut de très jolies fêtes de fin d’années, atypiques. De bonnes nouvelles se sont ajoutées au tableau déjà charmant, annonçant fièrement *2010*, pleine de promesses. Le tris se poursuivra, et recommencera, aussi. Comme chaque année. Les bonnes résolutions sont conscencieusement notées dans le petit carnet-aux-idées-saugrenues. Aux côtés des nouveaux projets et rêves, toujours un peu plus fous. Mais après tout, ceux que l’on croyait irréalisables en 2009 ne l’étaient pas tant que ça.  Alors… Patience.

Très Bonne Année, les amis ! :)

*Les lumières de la ville.

Le week end dernier, c’était la fête des lumières à Lyon. Ce que je peux aimer ces quelques jours emplis de poésie.. La ville s’éclaire, grandit, majestueuse. Toute les familles sont dans les rues, pour admirer les jets de lumière, qu’il fasse trop froid, ou qu’il pleuve. Mais ce que je préfère, ce sont les Illuminations du 8 décembre. Tradition que personne n’oublierait pour rien au monde, qu’on soit à Lyon ou exilé aux quatre coins du monde. Chacun sort ses petits lampions, et éclaire son coin de fenêtre, avec l’espoir d’illuminer le ciel encore un peu plus.. L’occasion pour moi de penser à Lui, refaire le point, et me recentrer. Déjà neuf ans.